Redevabilité oblige : la restitution sanctionne la fin du projet MILD dans le Kwilu

Redevabilité oblige : la restitution sanctionne la fin du projet MILD dans le Kwilu

Clôture du projet, ADECOM organise 2 ateliers de restitution

Après 9 mois d’exécution du projet dénommé « contribution à l’accès universel de la population de la RDC en Moustiquaires imprégnées d’Insecticide à Longue Durée d’action, MILD » dans la Division Provinciale de la Santé de Kwilu (DPS Kwilu), l’heure est venue de rendre compte à la communauté et aux différentes parties prenantes des réalisations du projet.

Ainsi, ADECOM a organisé 2 ateliers de restitution des activités en date du 23 et 27 février 2017 respectivement à Kikwit/sacré cœur pédagogie et à Bandundu ville/Hôtel Lenko. Ces ateliers ont réuni les représentants des Maires de ville de Kikwit et  de Bandundu, le représentant du PLNP, le Chef de Division de Kwilu pour Bandundu et le Chef d’antenne de la DPS pour Kikwit, le représentant de l’ASF, les représentants des bureaux centraux et de la communauté des 24 zones de santé. Ces séances ont consisté à la présentation des activités prévues et réalisées ainsi que des résultats, les recommandations n’ont pas été du

ADECOM a abattu un travail de titan en un temps record ponctué des périodes successives d’interruption, les résultats ont été atteints grâce à l’efficience  et l’efficacité avérées dans l’organisation des activités de communication notamment 24 marches de femmes qui ont mobilisé 1783 femmes à promouvoir l’utilisation des MILD et 9144 ménages ont été touchés par cette activité. 72 séances de sensibilisations en milieu public ont sensibilisé 16520 ménages à l’utilisation correcte et systématique de MILD avec des exemples démonstratifs. 72 séances de vidéos forums ont été réalisées et 16599 ménages sensibilisées. 1820 séances de causerie éducative ont vu 44751 personnes promouvoir l’utilisation de la MILD.

Des témoignages sur les résultats prodigieux vont bon train

A en croire le Médecin Chef de Zone de Santé de Mosango, le Dr Bienvenu MBOMA, les efforts consentis par ADECOM en moindre temps se sont montrés très efficaces et efficients quant aux activités réalisées ainsi qu’aux résultats obtenus. « Dans notre travail routinier de la réduction de la mortalité et morbidité liées au paludisme après distribution de MILD, le volet de communication nous manquait. Et c’est à travers ce volet qu’ADECOM nous a appuyés. Et cela a amené notre population à utiliser correctement et avec efficience la MILD. Ces activités ont contribué à lutter contre l’utilisation abusive de MILD dans les ménages». Pour paraphraser son collègue, le Dr  Matthieu, MCZ de Kimputu témoigne que « les activités menées par ADECOM ont renforcé considérablement la sensibilisation dans les ménages à bien utiliser la MILD. Ce qui nous a impressionné le plus est l’organisation des marches des femmes et des vidéos forums. Cette activité a amené à une prise de conscience dans le chef de la population qui continue à en faire la demande. Donc, pour nous, ADECOM a apporté un tonus important et de haut niveau dans notre travail de lutte contre le paludisme, a – t – il poursuivi.

Pour l’antenne de la DPS à Kikwit, distribuer la MILD, est une chose mais l’utiliser en vaut mieux. Le renforcement des activités de communication a été d’une importance capitale quand on sait que dans les campagnes précédentes, la communication s’arrêtait quelques semaines après la distribution. L’action d’ADECOM a boosté la bonne utilisation de MILD dans les ménages en termes d’installation, d’entretien et a renforcé par la même occasion la collaboration avec la communauté.

« Je suis personnellement très satisfait du travail réalisé et je félicite ADECOM puisque la MILD se distribuait même en dehors de campagne de masse, en routine donc, mais sans insistance sur la sensibilisation, ni message éducatif n’est diffusé et c’est ce qui fait que ces MILDs prennent des destinations autres que celles prévues. » rappelle le Chef d’antenne Kikwit de la DPS de Kwilu, M. Donat KUMAKUMA. « Mais avec des résultats produits par ADECOM, nous avons noté un impact considérable : les ménages ne se limitent pas seulement à la possession mais aussi à l’utilisation proprement dit. »

Un regard sur les acteurs de terrain……

Après des interventions élogieuses et l’appréciation largement positive des bénéficiaires et des bureaux centraux des zones de santé à l’endroit d’ADECOM, le principal récipiendaire ASF /PSI représenté par M. Patrick LUNGU a reconnu le travail fructueux produit par son sous récipiendaire, qui de plus, a été satisfait de la mission lui assigné. L’assistance de l’ASF est aussi pour ce dernier l’occasion de rentrer en contact avec les agents de terrain avec qui ADECOM a travaillé. « Le plaisir est de nôtre de pouvoir participer à cette restitution. Au-delà, de notre entendement, nous voulons aussi participer et voir vos réactions en tant qu’acteurs de terrain en rapport avec le travail réalisé par ADECOM dans la province de Kwilu. »

Face aux difficultés de terrain liées à l’état de route, à l’étendue de la DPS,  les parties prenantes se sont montrées capables en formulant des recommandations pour améliorer les prochaines campagnes parmi lesquelles 1. L’appui des zones de santé pour pérenniser l’action déjà entamée de façon à maintenir une communication permanente dans la communauté. 2. Il faudrait également associer les acteurs locaux de mise en œuvre dans la planification. 3. Respecter la représentation des femmes au niveau des superviseurs des zones de santé.

Du reste, ce projet avec le sous – récipiendaire est une expérience pilote et doit permettre l’amélioration dans d’autres provinces. Mais aussi les bureaux centraux des zones de santé doivent dans leur planification routinière continuer le travail en vue de pérenniser les acquis. A tous les acteurs de matérialiser les recommandations.

Credo TABA

webmatser

No Comments

Post a Comment